Entropia 1 – Métamorphose(s)

(Page archivée le 17 jun 2015)

Exposition du 13 octobre au 20 décembre 2013

Le monde du XXIème siècle est sous le signe de la métamorphose ; métamorphose qui affecte, sous forme de mutations de plus en plus incontrôlables, tous les aspects économiques, sociaux, affectifs, artistiques, historiques, scientifiques, technologiques, médicaux de la vie quotidienne des citoyens d’une société de plus en plus chaotique. Cette métamorphose planétaire touche non seulement l’organisation humaine dans sa totalité, mais aussi le modèle humain tel qu’il s’était construit au fil des derniers millénaires : les critères qui définissaient un être humain sur la base de la raison et de l’expérience sont aujourd’hui obsolètes.

L’exposition Métamorphose(s) a tenté de comprendre la place, le rôle et la sensibilité des êtres humains lorsque des mutations vont jusqu’à transformer son corps et son identité.  Sont-ils encore des êtres humains comme l’entendait le XVIIIème siècle des Lumières ? Les mutations en cours vont bouleverser les conditions objectives et subjectives du rapport à l’autre : quelle sera la place de l’altérité dans le monde qui s’organise autour de nous ? La métamorphose des conditions de la domination dans les sociétés modernes redéfinit l’ensemble des relations humaines.

Pour le meilleur et pour le pire, le monde est en pleine mutation. L’exposition Métamorphose(s) a voulu témoigner du changement radical imposé à nos conditions de vie et de survie, en dressant une cartographie artistique, un état des lieux, avant le désastre ou avant une nouvelle renaissance. Il s’est agi de confronter, par le biais d’œuvres exposées, les risques d’un effondrement général au développement possible, mais encore bien hésitant, d’un esprit nouveau tel qu’on pouvait l’imaginer en France, entre les années 1895 et 1905, sous la plume d’un Jarry ou d’un Apollinaire.

L’exposition a pris la forme d’un parcours organisé autour d’unités d’ambiance qui ont recoupé des thèmes, mais aussi des styles, des genres, des mediums que nous ne souhaitons plus voir dissociés. Ici encore il s’agissait de mettre fin au règne de la séparation, de l’hyper spécialisation, du jugement expert.

Date de publication :
dilluns 17 juny 2013 à 08h08