Bilan des émissions de Gaz à effet de serre

Perpignan met à jour son Bilan Carbone « patrimoine et services ».

Quels sont les principaux éléments à retenir de l’évolution des bilans entre 2012 et 2016 :

 

Conformément à la loi Grenelle, en 2015, Perpignan a mis à jour le bilan de ses émissions de gaz à effets de serre sur son patrimoine et ses services (Bilan GES).

Le 4 février 2016, D. Schemla, présentait les résultats de cette étude.

 

Pour rappel, le bilan prend en compte deux catégories « obligatoires » :

  • les émissions directes, produites par la collectivité (par exemple, les émissions des véhicules qui lui appartiennent et les bâtiments qu’elle occupe ainsi que les DSP et les régies)

  • les émissions indirectes associées à l’énergie produites en dehors de la collectivité, mais pour son patrimoine : notamment la consommation d’électricité des bâtiments.

Une troisième catégorie est proposée comme optionnelle :

  • les autres émissions indirectes : par exemple, les émissions liées à l’acheminement des produits achetés par la collectivité, les émissions liées aux déplacements des salariés entre leur domicile et leur lieu de travail, ou des visiteurs…

Comme pour son 1er Bilan GES, la Ville de Perpignan a fait le choix d’étudier les 3 catégories.

 

Les résultats bruts montrent : une baisse des émissions de GES sur les 2 catégories réglementaires.

  • Sur les émissions directes : Perpignan est passé de plus de 5 000 tonnes de Co2, à 3970 tonnes, soit une réduction de 21%.
  • Sur les émissions indirectes associées à l’énergie : nous sommes passés de plus de 1100 tonnes à 700 tonnes de Co2, soit une réduction de 37%.
  • Par contre, on constate une hausse sur la catégorie 3, non obligatoire. Perpignan est passée de plus de 20 600 tonnes de Co2, à 26 226 tonnes, soit une augmentation de 27%,

> Cette hausse est toutefois à relativiser. Elle a deux explications :

• Le périmètre de collecte a été amélioré : plus de postes d’émissions étudiés en 2015, notamment les déchets et les matériaux utilisés dans la voirie (petite et grande).
• Des données plus précises : des hypothèses consolidées avec les services (notamment concernant les déplacements domicile-travail et les déplacements des visiteurs).

Des éléments qui n'avaient pas u être analysés en 2012, car les données étaient inexistantes !

 

Toutefois, si on compare l’évolution des Bilans, à périmètre constant, le bilan des émissions de GES global a baissé de 9%, soit une baisse de 4 415 tonnes par rapport à 2012.

> Les explications des principales évolutions sur chacun des postes :

  • Déplacements visiteurs +12% : l’augmentation sur le volet transport visiteurs s’explique 9 par une information plus précise des modes de transport empruntés et de leur provenance, grâce à une mobilisation des services sur les parts modales (pour information 1,6 millions de visiteurs); 9 un recensement plus complet des sites accueillant les visiteurs (+32 sites identifiés, concernant la culture et le sport notamment).
  • Les achats et immobilisations + 16% : L’augmentation est liée notamment 9 à un travail spécifique avec les services Achats et finances qui a permis d’obtenir une information plus complète.
  • Les déplacements -27% : La baisse sur ce volet s’explique : 9 notamment par la réalisation d’une mini-enquête par le service des ressources humaines qui a permis d’établir un échantillonnage concernant les trajets domicile/travail, et ainsi d’obtenir des données plus proches de la réalité. Alors que le bilan 2012, utilisait des ratios nationaux 9 par ailleurs cette baisse est aussi le résultat de l’optimisation de la flotte municipale menée depuis 2013, tant sur les usages, sur le nombre de véhicules, que sur les caractéristiques de ces véhicules moins émetteurs.
  • L’énergie -46% : Enfin, on constate une baisse importante des émissions liées à l’énergie. Cette baisse est le résultat notamment des actions menées en matière de remplacement de l’éclairage public et d’optimisation de la gestion des bâtiments, avec la conversion du chauffage fioul vers le gaz, et la mise en place du Contrat de Performance énergétique.