Pourquoi un plan climat ? Les enjeux - le contexte

Définition : qu’est-ce qu’un plan climat ?

Le Plan Climat Energie Territorial (PCET) est un projet de développement durable dont la finalité première est la lutte contre le changement climatique. Il s’articule autour de 2 volets : un volet « atténuation » dont l’objectif est la réduction des émissions de gaz à effet de serre (1), et un volet « adaptation » visant à réduire les vulnérabilités du territoire aux évolutions à venir du climat (2).

  1. Les émissions de gaz à effet de serre étant principalement dues aux consommations d’énergies conventionnelles (gaz, pétrole, charbon, fioul…), les principaux leviers d’actions sont : le développement des énergies renouvelables, la sobriété et l’efficacité énergétique dans tous les domaines : habitat, mobilité, agriculture…
    La lutte contre la précarité énergétique des ménages constitue aussi un enjeu social fort pour le PCET.
  2. Concernant le volet adaptation, il s’agit d’anticiper les effets du changement climatique et de proposer des actions qui permettent de réduire la vulnérabilité du territoire, par exemple agir sur la gestion de l’eau et la préservation de sa qualité, de prendre en compte les risques qui pèsent sur le littoral, sur l’agriculture, sur la biodiversité…

Effet de serre et changement climatique : explications !

L’effet de serre est un phénomène naturel salutaire qui retient la chaleur solaire dans l’atmosphère et permet de maintenir des températures viables sur l’ensemble de la planète.

Dans la pratique : la moitié de l’énergie solaire parvient au sol. Elle se transforme en rayons infrarouges renvoyés vers l’espace. Mais comme une serre, certains gaz présents dans l’atmosphère empêchent une partie de ces rayons de repartir. Ainsi piégés, ils contribuent à réchauffer l’atmosphère. Sans cet effet de serre, la température de la Terre serait de – 18°C.

Cependant, l’activité humaine et principalement la combustion d’énergie fossiles (produits pétroliers, charbon) rejette une grande quantité de gaz à effet de serres (GES), notamment le Co2 dans l’atmosphère. L’augmentation de la concentration des ces gaz contribue à accentuer le phénomène naturel en renvoyant beaucoup plus d’énergie vers le sol (environ 95% sont retenus dans l’atmosphère).

C’est donc l’amplification de ce mécanisme, du fait des activités humaines qui a un impact déterminant sur le climat.

 

Les objectifs nationaux et européens en faveur du climat

En France : le Facteur 4 à l’horizon 2050

Face à ce constat, en 2005, la France a inscrit dans la loi l’objectif ambitieux de réduire de 75% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050, par rapport à leur niveau de 1990 (c’est ce qu’on appelle le facteur 4). Cet objectif a été réaffirmé dans le cadre des lois Grenelle et décliné dans chaque secteur d’activité.

Les objectifs européens : les « 3 fois 20 » pour 2020

De leurs côtés, les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne se sont également engagés en 2007 à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Ils ont  adopté 3 objectifs, on les appelle les « 3x20 » :

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20%,
  • améliorer l’efficacité énergétique de 20%,
  • porter la part des énergies renouvelables à hauteur de 20% de la consommation finale d’énergie (23% pour la France).

Les Plans Climat Energie Territoriaux des collectivités territoriales sont la déclinaison locale de ces objectifs.

Des enjeux majeurs sociaux, économiques, environnementaux, sanitaires…

Les enjeux pour les collectivités, comme pour leurs habitants, sont multiples : sociaux, économiques, environnementaux, sanitaires…

En France, le contexte de crise économique et la hausse du prix des énergies impactent directement le pouvoir d’achat des ménages. Aujourd’hui, 3,8 millions de français sont « en précarité énergétique », c'est-à-dire qu’ils rencontrent des difficultés croissantes pour se déplacer, se chauffer, etc.

Au niveau environnemental, notre territoire est vulnérable aux changements climatiques (inondations, sécheresses plus fréquentes…), on note aussi la perte de certaines espèces, le développement d’insectes ravageurs ou vecteurs d’épidémies…

L’impact sur la santé des populations doit également être anticipé. Les vagues de chaleur ont des conséquences sur la population, particulièrement les plus vulnérables comme les personnes âgées, les nourrissons...

Les changements de consommation et de comportements rendus nécessaires sont aussi, au niveau local, des opportunités socio-économiques à saisir : de création d’activités avec des emplois liés à la construction durable, à la rénovation du bâti, mais aussi dans le tourisme,…

Un rôle essentiel pour les collectivités

En tant qu’acteurs de la politique locale, les collectivités jouent un rôle primordial dans la lutte contre le changement climatique :

  • De part leurs activités, les services qu’elles proposent, les bâtiments qu’elles gèrent, elles contribuent environ à 12% des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle nationale,
  • Mais, à travers les décisions qu’elles prennent, leurs politiques d’aménagement, de transport, d’habitat… elles peuvent agir sur plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre,
  • Enfin, les collectivités locales sont des « acteurs clés » à l’interface entre les enjeux locaux d’aménagement et les engagements nationaux et internationaux. Elles constituent l’échelon de proximité privilégié pour sensibiliser et impliquer le plus grands nombre d’acteurs institutionnels, associatifs, entreprises et habitants dans des projets et des changements de comportements.

Consciente de ses enjeux, la Ville de Perpignan a adopté son Plan Climat, en décembre 2012.