Historique

Comment évoquer le "Centre du monde" si cher à Dali sans parler de son histoire ?

Photo de Salvador Dali Retour en arrière. Le 20 février 1858, un nouveau tronçon ferroviaire est ouvert entre Narbonne et Perpignan. Une station provisoire est aménagée au Vernet. Le 10 juillet 1858, le premier train franchissait le pont jeté sur le large lit du fleuve qui traverse Perpignan : la Têt. Le 20 juillet suivant, les préfet de l'époque se prononce pour une implantation de la gare sur la rive droite de la Têt. Des bâtiments en bois virent le jour sur l'emplacement des locaux actuels. Le "Centre du monde" était né.

Mais personne ne s'en doutait encore. Ce n'est qu'en 1963, le 19 septembre, que la révélation a eu lieu. Le très surréaliste Salvador Dali de passage à Perpignan a ressenti une très forte sensation :

Ce 19 septembre, dira-t-il, j'ai eu à la gare de Perpignan une espèce d'extase cosmogonique plus forte que les précédentes. J'ai eu une vision exacte de la constitution de l'univers.

Le mythe était né. La "paranoïa critique" du peintre catalan venait de transformer cette station ferroviaire en un endroit légendaire. Le 27 août 1965, Dali, en compagnie de son épouse Gala, débarque d'un wagon de marchandises en gare de Perpignan. Il reçoit un accueil triomphal de la population de Perpignan. Ce jour là, il réussit à faire accepter aux foules du Roussillon cette idée délirante. Depuis lors, le destin de la gare de Perpignan est intimement lié à la vision de l'artiste surréaliste. L'une des toiles les plus connues du maître n'est-elle pas "La gare de Perpignan" ?

Aujourd'hui, de nombreuses manifestations font référence au passage remarqué de Dali dans la capitale du Roussillon. Le plafond du hall de gare est de style dalinien et le dallage devant la station s'inspire très largement du tableau "La gare de Perpignan". Dali hante les lieux de sa vision.

Et s'il n'avait pas complètement tort ?

Perpignan est le centre de l'Eurorégion, de ce fameux triangle Montpellier, Toulouse, Barcelone, mais aussi le lien logique entre l'Europe du Nord et l'Europe du Sud. Dans quelques années, le TGV, déjà présent aujourd'hui, permettra de relier Barcelone en quarante minutes. La gare de Perpignan prendra peut-être alors des allures de "centre du monde".

Ne dit-on pas que les poètes et les artistes ont toujours raison ?...