Le Castillet

Le monument emblématique de Perpignan

A partir du dernier tiers du 14e siècle, on entrait dans Perpignan, après avoir franchi un pont plusieurs fois reconstruit, le pont à dos d’âne, par une porte fortifiée, le Castillet. Il fut édifié au milieu du rempart pour surveiller le passage du pont de pierre et les entrées dans la ville. Agrandi par la porte Notre-Dame sous Louis XI, en 1483, il devint une forteresse autonome enserrée au 16e siècle dans le bastion de Charles-Quint. Construit en briques, avec ses ouvertures appareillées de pierre de taille, transformé en prison du 16e  au 19e siècle, puis en musée au 20e, il est devenu l’emblème de la ville.  

Pour plus d'information

XIVe siècle Edifice classé : Grand Castillet 1368, porte Notre-Dame ou petit Castillet 1477/1480 Propriété de la Ville de Perpignan. Le Castillet était la porte principale de l'enceinte de Perpignan. La première construction débute vers 1368 sous le règne de Pierre IV d'Aragon, après le retour du Roussillon à la couronne d'Aragon.

Entre 1475 et 1485, la ville, sous domination française, se transforme en vaste chantier. Ainsi, on construit, sous Louis XI, une seconde porte ou porte Notre-Dame à l'est du premier Castillet. Du côté de la Basse, on édifie le bastion Notre-Dame du pont qui est compris ultérieurement dans l'imposant bastion de Charles Quint, bâti après le siège de la ville par les troupes françaises en 1542 et qui est totalement détruit en 1843.

Les travaux menés sous Louis XI ont énormément transformé et marqué le premier Castillet, à l'exemple de sa terrasse qui couvre la construction de Pierre IV d'Aragon, ainsi que sa tourelle en brique couronnée d'une coupole qui symbolise aujourd'hui la ville de Perpignan. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'édifice est transformé en prison. Il accueille actuellement la Casa Païral, musée des Arts et Traditions Populaires Joseph Deloncle. Le grand Castillet Seul le corps principal de l'édifice, flanqué sur sa face extérieure de deux tours aux proportions massives, remonte à la période aragonaise. Edifié en briques et marbre de Baixas pour souligner les ouvertures, il présente des volumes arrondis et doux cernés dans les parties hautes de créneaux et de mâchicoulis puissants. La porte Notre-dame Bâtie dans les mêmes matériaux que le Grand Castillet, elle est destinée à renforcer la première construction de Pierre IV. Une tourelle crénelée de plan carré domine toujours la porte Notre-Dame faisant de cet édifice une œuvre à part entière. Le Bastion Notre-Dame du pont (disparu) Le bastion ou baluart Notre-Dame du pont, percé de meurtrières, était construit en moellons et galets de rivière recouverts par des briques. Cette tour de section pentagonale aux proportions ramassées mesurait 5 mètres de hauteur et s'avançait vers la rivière en formant un éperon.

Type de patrimoine : 
Patrimoine civil et militaire
Période : 
Moyen âge
Quartier : 
Saint-Jean
Voir tous les :