L'église Saint-Jacques

L’église aux deux chœurs

Saint-Jacques fut la première église construite pour accompagner l'expansion urbaine du 13e siècle. Eglise à nef unique flanquée de chapelles entre contreforts, son architecture est typique du gothique méridional. En 1699, la chapelle de la Sanch ou Confrérie du Précieux Sang de Jésus-Christ fondée en 1416 par saint Vincent Ferrier, fut adossée à l'ouest de l’église, avant de lui être rattachée sous le Second Empire par la suppression du mur séparant les deux édifices. La Confrérie est célèbre pour sa procession du vendredi-saint. Le clocher, reconstruit au milieu du 16e siècle, a été refait vers 1850.

Pour plus d'information

XIIIe/XVIIIe siècle
Edifice classé en totalité
Propriété de la Ville de Perpignan
Adresse Rue de la Miranda

L'église est fondée vers 1245, par ordre du roi Jacques Ier d'Aragon (1213†1276) au sommet du puig (colline) des lépreux, hors les murs. Par la suite, elle donne son nom à cette colline puis au quartier qui s'y développe. L'enceinte de la ville, capitale du royaume de Majorque, incorpore le quartier et l'église dans un nouveau dispositif de fortifications. L'église domine actuellement un imposant bastion de briques et pierres renforcé par Vauban. Ce lieu accueille le jardin de la Miranda duquel on a une vue admirable s'étendant de Château-Roussillon jusqu'aux montagnes des Corbières.
Une très importante découverte archéologique a été faite en l'an 2000, lors des travaux de restauration des toitures des chapelles latérales nord de l'église : il s'agit de la plus grande collection complète de poteries médiévales (XVe siècle) existant en France. Ces céramiques étaient employées comme matériau alliant solidité et moindre poids pour la construction des toitures.
 

La nef unique, adaptée au culte et à la prédication, était couverte à l'origine d'une charpente apparente sur arcs diaphragmes. Les voûtes actuelles en plâtre datent de 1785, de même que les oculi percés au-dessus des chapelles latérales. Ces dernières ont été construites dans le courant du XIVe siècle pour accueillir les sépultures de familles ou les dévotions des confréries des tisserands et des jardiniers. Le portail d'entrée, en marbre de Céret, est situé sur la façade méridionale. Daté du XIVe siècle, il provient de l'église Notre-Dame de La Réal dont il ornait l'entrée jusqu'au milieu du XVIIe siècle.
Le clocher-tour est détruit et reconstruit deux fois, la dernière en 1849-1850.
L'église Saint-Jacques est de loin la plus belle de Perpignan par son mobilier : notamment le retable de Notre-Dame de l'Espérance (vers 1480-1490), les sculptures et les tableaux. Le style baroque est largement représenté par les retables peints et dorés comme le retable du Rosaire (XVIIe siècle), œuvre remarquable de Lazare Tremullas le Vieux.
Entre 1808 et 1816, le grand orgue est construit par les frères Grinda après le saccage de l'église pendant la Révolution. Il est restauré en 1905 par la manufacture Cavaillé-Coll-Mutin. Ce très bel instrument comporte une trentaine de registres répartis sur trois claviers manuels et pédaliers. Dans l'ensemble, il est resté homogène et n'a subi que peu de modifications de sorte que son esthétique symphonique est restée intacte.

La Chapelle de la Sanch

La chapelle de la Sanch (dont la première version fut vraisemblablement détruite lors du siège la ville) est reconstruite en 1699 contre la façade occidentale de Saint-Jacques. Le mur qui sépare les deux édifices est détruit peu après la Révolution, ce qui explique la présence de deux maîtres-autels opposés dans l'église Saint-Jacques.

Horaires d'ouverture : 
dim : 11:00 - 18:30
lun : 11:00 - 18:30
mar : 11:00 - 18:30
mer : 11:00 - 18:30
jeu : 11:00 - 18:30
ven : 11:00 - 18:30
sam : 11:00 - 18:30
Type de patrimoine : 
Patrimoine religieux
Période : 
Moyen âge
Quartier : 
Saint-Jacques
Voir tous les :