L'Hôtel Pams

XIXe siècle
Edifice classé : vestibule, escalier, façades sur cour.
Propriété de la Ville de Perpignan.C'est Pierre Bardou, fils du fondateur de l'entreprise de papier à cigarettes J.O.B qui, grâce à la fortune familiale, achète d'abord en 1852 une maison rue Saint-Sauveur (rue E. Zola) puis en 1872, d'autres habitations voisines et construit les premiers ateliers éclairés par la magnifique verrière.

Pour plus d'information

        A la mort en 1892 de son beau-père Pierre Bardou avec qui il vivait dans l'hôtel de la rue Zola, Jules Pams va pouvoir enfin transformer la maison à son goût. Il va faire appel à l'architecte designer Léopold Carlier (1839†1922) qui va donner à cet édifice son aspect actuel. En fait, ces deux hommes se connaissent depuis longtemps. Le cousin germain de Jules Pams est marié à la fille de Léopold Carlier.
Lorsque sa femme Jeanne décède en 1916, Jules Pams se remarie deux ans après avec Marguerite Holtzer qui vendra en 1946 cet hôtel à la ville de Perpignan. Il devient alors dépôt d'archéologie, collège d'études juridiques et littéraires, bibliothèque municipale pour être aujourd'hui le siège d'espaces administratifs et culturels : "Visa pour l'image" depuis 1989, "l'Eurorégion" depuis 1992…

Cet hôtel révèle l'art de vivre de la riche bourgeoisie perpignanaise au XIXe siècle, ses plaisirs, ses préoccupations, depuis Pierre Bardou, fabricant de papier à cigarettes J.O.B., au politicien Jules Pams qui en 1913 faillit être président de la République Française
L'architecte Léopold Carlier a réalisé dans le sud de nombreux édifices : maisons, collèges, halles… mais n'a eu que le 3ème prix pour le concours de l'hôpital de Perpignan.

Quant aux peintures, elles sont de Paul Gervais. " Tout le monde ne peut s'offrir un Gervais" disait avec fierté Jules Pams. Ce peintre ayant à l'époque une grande renommée, les commandes officielles affluent : Ministère des colonies à Paris, Casino de Monaco, de Nice, Capitole de Toulouse…
L'ensemble actuel du bâtiment a servi à Jules Pams de maison privée (aile de gauche) et d'espace de réception (aile de droite) placé sous le signe de l'églantine et de la rose, symboles de l'amour.
Les plans du réaménagement faits par l'architecte Léopold Carlier sont signés et datés de 1892 à 1897. Ils donnent des informations passionnantes sur les matériaux, les fournisseurs, les affectations des salles…
Pour cet hôtel, Gervais va reprendre un thème récurrent dans la peinture, en particulier au XIXe siècle : la Femme vénusienne, pleine de charme. En montant l'escalier de marbre et d'onyx, se déroulent sous nos yeux trois odes à l'Amour qui évoluent suivant les âges. Sous le puits de lumière, les peintures historiques mettant en évidence les thèmes de la civilisation contre la barbarie, de l'expansion… sont aussi de Gervais.
Marguerite Pams-Holtzer prendra les lieux dans l'état mais fera enlever quelques blasons J.O.B. et surélever et paver le patio intérieur, magnifiquement restauré.En 1888, il marie sa fille âgée de 19 ans, Jeanne Bardou, une des plus riches héritières du département, à Jules Pams, brillant avocat local et amateur d'art.
Jules Pams (1852†1930) a commencé jeune sa carrière politique, puisqu'il est déjà à 32 ans, conseiller municipal de Perpignan et sera, par la suite, deux fois ministre (de l'agriculture puis de l'intérieur).

Horaires d'ouverture : 
dim : 11:00 - 17:30
lun : Fermé
mar : 11:00 - 17:30
mer : 11:00 - 17:30
jeu : 11:00 - 17:30
ven : 11:00 - 17:30
sam : 11:00 - 17:30
Type de patrimoine : 
Patrimoine civil et militaire
Période : 
Epoque contemporaine
Quartier : 
Saint-Jacques
Voir tous les :