06 décembre 2022
05 décembre 2022
05 décembre 2022
05 décembre 2022
04 décembre 2022
27 novembre 2022
21 novembre 2022
09 novembre 2022
07 novembre 2022
02 novembre 2022
02 novembre 2022
20 octobre 2022
18 octobre 2022
14 octobre 2022
11 octobre 2022
04 octobre 2022
03 octobre 2022
30 septembre 2022
28 septembre 2022
27 septembre 2022
26 septembre 2022
22 septembre 2022
21 septembre 2022
21 septembre 2022
16 septembre 2022
14 septembre 2022
12 septembre 2022
05 septembre 2022
02 septembre 2022
29 août 2022
25 août 2022
19 août 2022
17 août 2022
01 août 2022
27 juillet 2022
08 juillet 2022
07 juillet 2022
07 juillet 2022
06 juillet 2022
06 juillet 2022
04 juillet 2022
04 juillet 2022
28 juin 2022
27 juin 2022
24 juin 2022
21 juin 2022
17 juin 2022
14 juin 2022
13 juin 2022
13 juin 2022
01 juin 2022
30 mai 2022
30 mai 2022
25 mai 2022
17 mai 2022
16 mai 2022
16 mai 2022
13 mai 2022
12 mai 2022
12 mai 2022
10 mai 2022
04 mai 2022
28 avril 2022
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Louis Aliot : lettre adressée à Carole Delga

Madame la Présidente,

L'édition 2022 du MEDFEL, organisé par la Région Occitanie, a ouvert ses portes ce matin au Parc des Expositions de Perpignan.

Cet évènement majeur pour la filière fruits et légumes constitue un moment clé pour l'ensemble des acteurs de la filière internationale et bien sûr pour notre ville où, vous ne l'ignorez pas, est implanté le Marché International de Saint Charles.

Je ne peux malheureusement que constater votre choix de ne pas daigner inviter le Maire de Perpignan qui accueille cet évènement et qui est aussi très concerné par les enjeux de ce secteur économique majeur.

Ainsi, vous vous obstinez dans les faits à vous comporter contrairement à tous les usages républicains alors même que dans tous vos discours vous osez proclamer votre attachement à la tolérance.

La triste vérité, Madame, est celle-ci : par vos actes, vous bafouez chaque parole que vous prononcez.

La triste vérité, Madame, est aussi que, par votre sectarisme, vous salissez la vie démocratique.

La triste vérité, Madame, est que, par vos actes, vous méprisez profondément le suffrage universel dès lors que les résultats électoraux ne sont pas à votre convenance.

Partager cette page sur