19 janvier 2022
18 janvier 2022
14 janvier 2022
12 janvier 2022
12 janvier 2022
11 janvier 2022
11 janvier 2022
11 janvier 2022
10 janvier 2022
07 janvier 2022
06 janvier 2022
06 janvier 2022
03 janvier 2022
30 décembre 2021
29 décembre 2021
22 décembre 2021
22 décembre 2021
15 décembre 2021
14 décembre 2021
10 décembre 2021
10 décembre 2021
08 décembre 2021
07 décembre 2021
07 décembre 2021
02 décembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
26 novembre 2021
26 novembre 2021
24 novembre 2021
23 novembre 2021
22 novembre 2021
19 novembre 2021
16 novembre 2021
16 novembre 2021
15 novembre 2021
12 novembre 2021
11 novembre 2021
10 novembre 2021
09 novembre 2021
03 novembre 2021
02 novembre 2021
29 octobre 2021
29 octobre 2021
21 octobre 2021
18 octobre 2021
30 septembre 2021
28 septembre 2021
24 septembre 2021
03 septembre 2021
01 septembre 2021
31 août 2021
30 août 2021
16 juillet 2021
15 juillet 2021
25 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud 13

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud 13

Le Musée Rigaud les yeux dans les yeux,
Hier nous vous avons proposé de regarder une sculpture de Maillol en découvrant un détail du monument à Claude Debussy conçu en 1930. Une version en marbre, de 1932, est conservée dans la maison natale du compositeur, à Saint-Germain-en-Laye. Sous les traits d'une muse inspiratrice qui rappelle la pose célèbre de Nijinsky, dans le ballet de L'après-midi d'un faune (1912), Maillol saisi ici toute la modernité d'une Antiquité dont les formes pleines de la sculpture se conjuguent aux aplats de la peinture des vases antiques qui avaient inspiré Nijinski. L'érotisme de son interprétation chorégraphique avait tout autant heurté le public que fasciné Rodin et contribuait à l'expression d'un renouvellement total des arts dont Maillol a parfaitement saisi le modernisme en choisissant cette référence pour célébrer Debussy.
Il s'agit, ici, d'une variante de l'œuvre originale qui trouve une énergie nouvelle et subtile en supprimant tête et bras introduisant ainsi l'idée du fragment. Cette fonte posthume est réalisée en 1979, à l'occasion de l'exposition monographique consacrée à Maillol au Palais des rois de Majorque de Perpignan. Elle restera dans les collections du musée grâce à la générosité de la succession Maillol.
https://www.musee-rigaud.fr

Partager cette page sur