19 janvier 2022
18 janvier 2022
14 janvier 2022
12 janvier 2022
12 janvier 2022
11 janvier 2022
11 janvier 2022
11 janvier 2022
10 janvier 2022
07 janvier 2022
06 janvier 2022
06 janvier 2022
03 janvier 2022
30 décembre 2021
29 décembre 2021
22 décembre 2021
22 décembre 2021
15 décembre 2021
14 décembre 2021
10 décembre 2021
10 décembre 2021
08 décembre 2021
07 décembre 2021
07 décembre 2021
02 décembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
26 novembre 2021
26 novembre 2021
24 novembre 2021
23 novembre 2021
22 novembre 2021
19 novembre 2021
16 novembre 2021
16 novembre 2021
15 novembre 2021
12 novembre 2021
11 novembre 2021
10 novembre 2021
09 novembre 2021
03 novembre 2021
02 novembre 2021
29 octobre 2021
29 octobre 2021
21 octobre 2021
18 octobre 2021
30 septembre 2021
28 septembre 2021
24 septembre 2021
03 septembre 2021
01 septembre 2021
31 août 2021
30 août 2021
16 juillet 2021
15 juillet 2021
25 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud 23

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud 23

Le Musée Rigaud les yeux dans les yeux
Le peintre Georges-Daniel de Monfreid (1856-1929), outre la qualité de sa peinture qui témoigne d'une modernité naissante, a su comprendre tout le génie de l'œuvre de Paul Gauguin dont il sera un fervent défenseur. C'est aussi dans l'entourage de Maillol et de Matisse qu'il évolue faisant de ses attaches occitanes un foyer artistique militant d'avant garde. Partageant sa vie entre Paris et Corneilla-de-Conflent, dans la propriété familiale de Saint-Clément, c'est donc depuis les Pyrénées Orientales que s'écrit la fortune critique de Gauguin. Ce portrait magistral est, à ce titre, l'une des œuvres importantes du musée d'art Hyacinthe Rigaud où Monfreid exprime, avec virtuosité et humilité, un vibrant hommage à l'amitié d'une vie en désignant de sa main l'autoportrait que Gauguin lui avait dédié en 1896. C'est là le sujet véritable de cette peinture dont nous vous dirons plus dès demain ...

 

Partager cette page sur