26 novembre 2021
26 novembre 2021
24 novembre 2021
23 novembre 2021
22 novembre 2021
19 novembre 2021
16 novembre 2021
16 novembre 2021
15 novembre 2021
12 novembre 2021
10 novembre 2021
09 novembre 2021
03 novembre 2021
02 novembre 2021
29 octobre 2021
29 octobre 2021
21 octobre 2021
18 octobre 2021
30 septembre 2021
28 septembre 2021
24 septembre 2021
03 septembre 2021
01 septembre 2021
31 août 2021
30 août 2021
16 juillet 2021
15 juillet 2021
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud 24

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud 24

Le Musée Rigaud les yeux dans les yeux
Nous sommes en 1925 lorsque Georges-Daniel de Monfreid peint cet autoportrait. Le regard grave, Monfreid interpelle celui du visiteur qu'il autorise à percer l'intimité de son atelier et de son environnement familial tandis que la présence de Gauguin demeure vibrante au travers de l'énergie de ses œuvres. Elles sont disposées à l'arrière plan, on y voit l'autoportrait de Gauguin, disparu en Polynésie en 1903, à droite la sculpture-masque de Tehura, et à gauche la copie d'un de ses dessins dont Monfreid avait tiré cette peinture d'après le manuscrit de Noa Noa, voyage de Tahiti, que Gauguin n'avait jamais quitté. Il avait été découvert dans sa case de Hiva Oa après sa mort avant d'être confié à Monfreid qui le récupère en 1904, avec sa palette, entre autres. Il en fera dont au Louvre en 1927 après l'avoir publié en 1924. C'est ensuite l'autoportrait comme le masque de Tehura et la palette de Gauguin qui entreront dans les collections publiques par des dons ou des achats successifs (actuellement conservés au musée d'Orsay). Ainsi ce tableau est fondamental à la compréhension du rapport de Monfreid à Gauguin et demeure à ce titre une œuvre exceptionnelle.

Partager cette page sur