19 janvier 2022
18 janvier 2022
14 janvier 2022
12 janvier 2022
12 janvier 2022
11 janvier 2022
11 janvier 2022
11 janvier 2022
10 janvier 2022
07 janvier 2022
06 janvier 2022
06 janvier 2022
03 janvier 2022
30 décembre 2021
29 décembre 2021
22 décembre 2021
22 décembre 2021
15 décembre 2021
14 décembre 2021
10 décembre 2021
10 décembre 2021
08 décembre 2021
07 décembre 2021
07 décembre 2021
02 décembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
26 novembre 2021
26 novembre 2021
24 novembre 2021
23 novembre 2021
22 novembre 2021
19 novembre 2021
16 novembre 2021
16 novembre 2021
15 novembre 2021
12 novembre 2021
11 novembre 2021
10 novembre 2021
09 novembre 2021
03 novembre 2021
02 novembre 2021
29 octobre 2021
29 octobre 2021
21 octobre 2021
18 octobre 2021
30 septembre 2021
28 septembre 2021
24 septembre 2021
03 septembre 2021
01 septembre 2021
31 août 2021
30 août 2021
16 juillet 2021
15 juillet 2021
25 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud. 5

Un jour, une œuvre au Musée Rigaud. 5

Ce portrait de Louis-Ferdinand, duc d'Orléans (1810-1842), fils de Louis-Philippe Ier, roi des français, fait partie des cinq répliques exécutées par Jean-Auguste-Dominique Ingres et son atelier d'après le portrait qu'il avait achevé en avril 1842, quelques mois avant la disparition brutale du jeune prince.
Dès 1842, et sans doute après la mort tragique du duc d'Orléans survenue en juillet, un comité public de souscription s'était formé à Perpignan afin de commander à l'un des plus grands artistes du moment une copie du portrait devenu iconique. Ce choix est à la hauteur de la popularité du personnage qui avait séjourné à Perpignan, du 15 au 19 septembre 1839, alors qu'il partait embarquer pour l'Algérie à Port-Vendres. Dès son lancement la souscription permettait de collecter 2000 francs et, en 1843, le tableau entrait dans les collections du musée Rigaud. Avant de redécouvrir au musée cette peinture majeure, récemment sortie des réserves, profitez de cette image capturée hier dans le silence du confinement par notre photographe.

https://www.musee-rigaud.fr/

Partager cette page sur