Les casernes

En 1914, lorsque la guerre éclate, voici quelle est la situation militaire de la ville :

  • A la Citadelle (dont le Palais des Rois de Majorque) : deux bataillons d’infanterie
  • Dans la caserne St Jacques : un bataillon d’infanterie coloniale
  • Dans la caserne St Martin (aujourd’hui disparue) : un bataillon d’infanterie coloniale
  • A l’hôpital militaire : une section d’infirmiers militaires
  • Au couvent des Minimes : le dépôt de l’Intendance
  • A la caserne Mangin et au couvent St Dominique : l’établissement régional du Génie
  • Au couvent des Carmes : le dépôt du Génie
  • A la caserne Dagobert (aujourd’hui disparue) : l’Etat-major de la 32ème Division

A la mobilisation, en août 1914, tous ces sites vont accueillir des milliers de militaires qui, une fois vêtus, armés et instruits, vont rejoindre le front pour participer, avec un immense courage, à la terrible aventure de la Grande Guerre.

D’après Renaud Martinez : « Perpignan, ville de garnison », Perpignan pendant la première Guerre mondiale, Nouvelles éditions Sutton, Tours, octobre 2018.