Focus Le monument aux morts de Gustave Violet

Novembre 1918, l’armistice est enfin signé, mettant fin à un conflit mondial qui a
provoqué la mort de près de 10 millions de soldats, toutes nationalités confondues.
Rares sont les communes françaises à ne pas avoir perdu un enfant du pays. De ce fait,
la nécessité de rendre hommage à ces hommes, tombés au champ d’honneur, s’impose
partout après la fin des hostilités : les monuments aux morts fleurissent dans les parcs,
sur les places des villages, dans les églises, les mairies

Date de publication :
Lundi 05 Novembre 2018 à 06h00