29 novembre 2021
29 novembre 2021
29 novembre 2021
26 novembre 2021
26 novembre 2021
24 novembre 2021
23 novembre 2021
22 novembre 2021
19 novembre 2021
16 novembre 2021
16 novembre 2021
15 novembre 2021
12 novembre 2021
11 novembre 2021
10 novembre 2021
09 novembre 2021
03 novembre 2021
02 novembre 2021
29 octobre 2021
29 octobre 2021
21 octobre 2021
18 octobre 2021
30 septembre 2021
28 septembre 2021
24 septembre 2021
03 septembre 2021
01 septembre 2021
31 août 2021
30 août 2021
16 juillet 2021
15 juillet 2021
25 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
02 novembre 2020
22 octobre 2020
20 octobre 2020
19 octobre 2020
19 octobre 2020
27 juillet 2020
10 juillet 2020
10 juillet 2020
09 juillet 2020
26 juin 2020
24 juin 2020
23 juin 2020
19 juin 2020
19 juin 2020
18 juin 2020
09 juin 2020
09 juin 2020
30 avril 2020
13 mars 2020
Logo facebook
Logo Twitter
Logo Instagram

Lettre ouverte de Louis Aliot maire de Perpignan

adressée aux parents d'élèves des écoles gérées par la Bressola

Madame, Monsieur, Chers parents d'élèves, 


En tant que Maire de Perpignan, je ne puis accepter la polémique que certains dirigeants de l'association La Bressola ont voulu instaurer pour des raisons qui, à l'évidence, sont très éloignées de l'intérêt de vos enfants.

Je ne puis accepter non plus des propos totalement mensongers sur la position de la municipalité que je dirige envers l'enseignement en langue catalane et que je sois, comme vous-mêmes, pris en otage au nom d'une idéologie partisane qui se cache derrière un maquis de prétextes. 
La ville de Perpignan soutient massivement l'école de la Bressola et les chiffres sont bien plus parlants que les accusations et autres anathèmes lancés récemment par voie de presse ainsi que sur les réseaux sociaux. 

En effet, chaque année la ville de Perpignan alloue un forfait légal de 190 000 € à la Bressola auquel vient s'ajouter une subvention de 60 000 € destinée à financer des activités associatives extra-scolaires. 

La ville de Perpignan met également à disposition gracieusement les locaux d'enseignement, ce qui constitue une exception à l'égard de tous les autres établissements privés sous contrat perpignanais. Le coût de cette mise à disposition est évalué à 80 000 € par an. 

Le soutien de la ville concerne enfin la restauration scolaire. En effet, la Ville assure l'inscription, l'encaissement des paiements des parents (environ 300 dossiers) et assume la part sociale du coût des repas pour les faibles quotients familiaux (environ 4 000 €/an). Cela correspond à 0.25 Equivalent Temps Plein soit environ 8000 €/an. 

Concernant le projet de création d'un établissement secondaire, j'ai effectivement rencontré les responsables de l'association. J'ai pu d'ailleurs leur dire que j'étais ouvert au principe même de ce projet. Mais jamais, ils ne m'ont évoqué la possibilité de le réaliser sur le site actuel du couvent des Clarisses .

Lors de cet échange, ont été abordés les sites Percier et de l'ancien GRETA. 

Ce site des Clarisses, je m'y suis d'ailleurs intéressé dès le lendemain de mon élection avec comme unique souci la préservation d'un lieu patrimonial remarquable. 

Comme vous, je ne peux que m'interroger sur le fait que les dirigeants de La Bressola aient voulu lancer une procédure d'acquisition sous anonymat et ceci alors même que notre service urbanisme leur avait signifié l'impossibilité d'ouvrir un établissement secondaire dans une zone classée en risque élevé inondations par l'Etat. 

Pour moi, les choses sont claires: l'enseignement du catalan a bien sûr toute sa place à Perpignan et nous devons trouver ensemble un lieu tout à fait adapté à l'ouverture d'un établissement de second degré. 

En revanche, je ne peux tolérer quelque procès d'intention lancé par une minorité de personnes qui entend mener une bataille idéologique qui n'a strictement rien à voir avec l'intérêt de vos enfants et vos attentes de parents d'élèves. 

Je reste à votre entière disposition pour évoquer ce sujet directement avec vous.

 

Louis Aliot, maire de Perpignan

Partager cette page sur